Visiteur

digitdigit
digitdigit
digitdigit
digitdigit

Les transports en commun Néerlandais


img
Welkom in Nederland, Bienvenue aux Pays-Bas !
Au nord de la France il y a trois petits pays: la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, souvent abbrégés sous le nom de BeNeLux. Dans cet article, je vous fais découvrir le monde des transports en commun néerlandais.
Je prends l'occasion ici de vous expliquer la différence entre les Pays-Bas et la Hollande, ainsi que la différence entre néerlandais et hollandais. La Hollande n'est qu'une région aux Pays-Bas. Donc tout le pays s'appelle les Pays-Bas, dont la région autour d'Amsterdam, Rotterdam et La Haye s'appelle la Hollande. Un Hollandais est donc automatiquement un Néerlandais, mais la réciprocité n'est pas forcément vraie.

GRANDES LIGNES OU RER ?

Je me rappelle bien la question suivante d'un français : "comment est-ce que vous caractérisez le réseau ferroviaire aux Pays-Bas ?"
La réponse est assez difficile. Si je compare le réseau (national) des chemins de fers avec les réseaux ferroviaires français, j'hésite entre "Grandes Lignes" et un méga-RER. Les trains sont composés comme des trains de grandes lignes en France, mais les distances entre les gares sont plutôt comme le RER francilien.

Le réseau

Le réseau des chemins de fer néerlandais est vaste et presque entièrement électrifié (sous 1,5 KV). Le réseau relie presque toutes les villes, ce qui permet aux 16 millions de néerlandais de se déplacer facilement en train. Il y a 8 liaisons avec l'étranger (6 vers l'Allemagne et 2 vers la Belgique).


pic
pic
Réseau principal

Les néerlandais sont en train de créer une ligne à grande vitesse, la HSL Zuid (HSL = Hogesnelheidslijn = LGV, Zuid = sud). Cette nouvelle ligne compte de nombreuses oeuvres d'art dont un pont spectaculaire sur le Hollandsch Diep et un tunnel sous le Groene Hart (coeur vert, espace verte). La HSL Zuid reliera Amsterdam via Rotterdam à Antwerpen (Anvers). La ligne sera ouverte fin 2007, début 2008 et a coûté presque un milliard d'euros en plus du budget d'origine. Les coûts du projet sont vraiment énormes, à cause du sol extrêmement instable en Hollande. C'est pourquoi chaque traverse a deux pilotis enfouis sous terre pour le soutenir avant d'avoir mis un lit de béton sous les rails.

pic
pic
HSL Zuid
pic
pic
Pont Hollandsch Diep


L'exploitation

Le premier train a roulé en 1839. Comme tous les trains de cette époque, il s'agissait d'un train à vapeur (appelé "De Arend", L'Aigle en français). Comme dans presque tous les pays européens, l'électrification du réseau a commencé quelques années avant la seconde guerre mondiale. Le 10 mai 1940, ce travail a été brutalement interrompu par l'invasion allemande et en 1945 de grandes parties du réseau étaient détruites. C'était dans les premières années après la guerre que le train à vapeur a été de nouveau mis en service.

pic
pic
De Arend

Une fois que toutes les réparations furent effectuées, les néerlandais ont continué à électrifier le reste du réseau. Le résultat est aujourd'hui visible : presque tout le réseau est électrifié sous 1500 volts, à l'exception de quelques lignes dans les parties rurales du pays.

pic
pic
Réseau IC néerlandais

Les NS (Nederlandse Spoorwegen), la compagnie des chemins de fer néerlandaise, a été fondée en 1907 et appartenait à l'Etat. L'entreprise, qui est principalement responsable pour l'exploitation des chemins de fer, porte toujours ce nom, mais le rôle de celle-ci a changé en 1995. Depuis cette année, le gouvernement néerlandais a décidé de privatiser les chemins de fer.
Le résultat a créé une division entre l'exploitation des matériels roulants et l'infrastructure. Les NS actuels ne sont que responsables de l'exploitation des trains. Ils possèdent le matériel roulant, mais l'infrastructure est maintenant maintenu par la nouvelle compagnie ProRail.
Au début de la privatisation, la situation des chemins de fer a créé un gigantesque bordel. Avant, toutes les activités etaient gérées par une seule entreprise, mais maintenant plusieurs entreprises doivent coopérer. Comme tout début d'une nouvelle situation, des difficultés sont apparues. De plus, les NS ont décidé de séparer une partie du réseau en laissant l'exploitation à d'autres (nouvelles) entreprises, comme Syntus pour l'est du pays et NoordNet pour le nord-est.

pic
pic
Départs à Utrecht
pic
pic
'SIEL' néerlandais

Aujourd'hui, le réseau ferroviaire des Pays-Bas est une des plus denses du monde et couvre tout le pays. La ville d'Utrecht, au milieu du pays, sert de noeud principal avec le plus grand flux ferroviaire du réseau.

MATÉRIEL ROULANT

En ce qui concerne le matériel roulant, je ne discute que de celui des NS. Les NS sont le transporteur principal et la seule entreprise d'exploitation de liaisons interrégionales.

Matériel régional

"Stoptrein" est le néerlandais pour "omnibus", ou bien un train assez lent qui s'arrête à toutes les gares. Mais en principe sa vitesse maximale (140 km/h) est équivalente au matériel interrégional (les trains intercity).
Presque tous les stoptreinen ont le même modèle : le "hondekop" (tête de chien), officiellement appelé "Plan V". Si vous regardez une photo de ce train, vous saurez pourquoi. Ces trains lents sont entièrement jaunes et ont davantage de portes comparés au matériel interrégional. Pour la première et deuxième classe, le chauffage est disponible, mais pas la climatisation. Ce matériel date des années 1960, et l'intérieur a de temps en temps été rénové. Ces trains roulent uniquement sur des lignes électrifiées.

pic
pic
Omnibus à Eindhoven
pic
pic
Famille des trains

Pour les lignes non-électrifiées, ce sont bien sûr des trains diesel qui y circulent. Ce matériel est assez nouveau et porte parfois le nom trompeur de "sneltrein" (train rapide). Bien sûr, ce " train rapide" est une fausse signification, étant donné que la vitesse maximale sur tout le réseau est de 140 km/h. Comme déjà dit plus haut, le nombre de lignes non-électrifiées est très faible. La plupart de ces lignes est exploitée par d'autres entreprises que les NS après la privatisation pour des raisons de rentabilité.

Matériel interrégional

Pour les distances longues, c'est-à-dire pour environ 30 km entre deux gares, les NS utilisent uniquement du matériel électrique de plusieurs types, mais tous portent le nom 'Intercity' (IC). Les trains IC roulent normalement à une vitesse maximale de 140 km/h, mais il y a plusieurs sections dans le réseau où la vitesse maximale est limitée à 100 km/h.

En général il y a trois types de trains IC :

  • Une locomotive avec 10 ou 12 voitures,
  • Le "koploper" (marcheur de tête),
  • Les trains à deux niveau IRM (Interregionaal materieel).

La particularité du train 'koploper' est que le conducteur se trouve dans une cabiné elevée, ce qui permet une intercirculation entre les rames quand il s'agit d'une unité multiple. Le résultat fait que le train a un regard, comme une tête (ce qui explique le nom du train).

pic
pic
IRM à deux niveau
pic
pic
IRM à deux niveau

Le matériel le plus récent est l'IRM (matériel IC à deux niveaux). Ce matériel existe en rames de 4 (séries 9400 et 9500) ou 6 voitures (séries 8600 et 8700). Les configurations utilisées sont en US (unité simple), en UM2 ou en UM3. Toutes les voitures ont le chauffage et la climatisation intégrées en première et seconde classe.

pic
pic
Locomotive IC
pic
pic
Locomotive IC

pic
pic
Ancien intérieur
pic
pic
Nouvel intérieur

En 2003, les NS ont commencé à rénover le matériel 'normal', c'est-à-dire une locomotive avec des voitures. Ils ont également installé la climatisation, et des essais WiFi (internet sans fil) sont en cours. Les prises électriques sont uniquement réservés à la première classe. En 2003, les NS ont cessé la vente des boissons et snacks dans le train. En 2004, une interdiction générale de fumer dans tous les trains et toutes les gares (quais inclus) a été mise en pratique.

TC URBAIN

Hormis le réseau ferroviaire, il y a aussi quelques réseaux urbains qui valent le coup de mentionner. Tout d'abord, il y a le métro. Aux Pays-Bas, seul deux villes en possèdent : Amsterdam et Rotterdam.

Dans les deux cas, la plupart des stations et lignes se trouve en aérien. Amsterdam et Rotterdam se trouvent très proche de la mer et ont la particularité d'avoir beaucoup de cours d'eau y traversant. Par conséquent, la construction de tunnels et stations souterrains devient très cher.

Métro d'Amsterdam

Le métro d'Amsterdam est exploitée par le GVB (Gemeentelijk Vervoersbedrijf = entreprise communal de transports). Le réseau compte 4 lignes qui sont intégrées dans le réseau de tramway avec la numérotation suivante : 50, 51, 53 et 54. Une cinquième ligne (axe nord-sud) est en cours de construction. La première ligne de métro a été ouverte en 1977.

Métro de Rotterdam

Le métro de Rotterdam est exploitée par le RET (Rotterdamse Electrische Tram = Tramway électrique de Rotterdam). Le réseau compte 2 lignes (Calandlijn et Erasmuslijn). La première a été ouverte en 1968. Le réseau compte encore plusieurs passages à niveau.

pic
pic
Métro de Rotterdam
pic
pic
Passage à niveau du métro de Rotterdam


Réseaux de tramway

Enfin, le tramway. Aux Pays-Bas, quelques villes en possèdent. Dans chacun des cas, il s'agit d'un tramway classique. De nouveaux tramways comme à Paris n'existent pas (encore) aux Pays-Bas. Les villes qui ont un tramway sont Amsterdam, Rotterdam et Den Haag (La Haye).

pic
pic
Tramway d'Amsterdam


Pour finir, je vous propose quelques liens utiles :
Carte détaillé du réseau ferroviaire
Documentaire visuelle du projet HSL Zuid (recommandé)
Site principal des NS

Pour cet article, aucune source en dehors de mes propres connaissances n'a été utilisée.

SymbiozCope Menu
TC d'Ailleurs
Métro de Lyon
Métro de Budapest
Les TC néerlandais
L'ICE Allemand


» version imprimable
» demande d'édition

Article écrit par :
   cr-corporation
Dernière mise-à-jour par :
   cr-corporation
Dernière mise-à jour le :
   13-04-2007
Nombre de vues :
   18870

© Copyright SYMBIOZ / CR-Corporation — 2017 — contactconditions généralesplan du siteSYMBIOZ in English — total visiteurs : 673 226 — HTML 4.01-T CSS 2.0